Logo Asie21.tv
Inscription Newsletter Asie21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Le congé menstruel fera-t-il partie de la réforme du code du travail ? Alors que le débat fait rage sur la question en France, avec un texte de loi en cours d’examen, sachez qu’il est loin d’être une nouveauté dans cinq pays d’Asie. Le précurseur en la matière ? Le Japon, qui l’autorise depuis 1947 suivi l’année d’après par l’Indonésie, puis la Corée du Sud en 2001, Taïwan en 2013 et la Zambie il y a deux ans, en 2015. Pas d’image d’Epinal en perspective pour autant : discriminant en Indonésie, facteur d’inégalités homme-femme en Corée du Sud, il est aussi synonyme de baisse de salaire à Taïwan. Au Japon, prendre ces jours de repos reste très rare. Selon le Zenrôren, principal syndicat nippon, seules 0,09% des femmes ont osé prendre ce congé menstruel en 2016 contre 26,2% en 1965. La raison ? La forte pression sociale qui règne au sein de l’entreprise. « Ici, il y a la question très importante du regard des autres... Si une collègue demande ce congé, elle serait mal jugée et la compagnie la mettrait de côté », a notamment confié une Française installée au Japon au journal Le Nouvel Obs, au mois d’août dernier. Vient ensuite l’idée que les règles appartiennent au domaine du privé.

Contenu de la vidéo : Le congé menstruel fera-t-il partie de la réforme du code du travail ? Alors que le débat fait rage sur la question en France, avec un texte de loi en cours d’examen, sachez qu’il est loin d’être une nouveauté dans cinq pays d’Asie.
Le précurseur en la matière ? Le Japon, qui l’autorise depuis 1947 suivi l’année d’après par l’Indonésie, puis la Corée du Sud en 2001, Taïwan en 2013 et la Zambie il y a deux ans, en 2015. Pas d’image d’Epinal en perspective pour autant : discriminant en Indonésie, facteur d’inégalités homme-femme en Corée du Sud, il est aussi synonyme de baisse de salaire à Taïwan. Au Japon, prendre ces jours de repos reste très rare. Selon le Zenrôren, principal syndicat nippon, seules 0,09% des femmes ont osé prendre ce congé menstruel en 2016 contre 26,2% en 1965.
La raison ? La forte pression sociale qui règne au sein de l’entreprise. « Ici, il y a la question très importante du regard des autres... Si une collègue demande ce congé, elle serait mal jugée et la compagnie la mettrait de côté », a notamment confié une Française installée au Japon au journal Le Nouvel Obs, au mois d’août dernier. Vient ensuite l’idée que les règles appartiennent au domaine du privé.

Mots clés liés : France, Asie, Japon, Congé menstruel, débat, Corée du Sud, Taïwan, Zambie, Zenroren, dysménorrhée, règles

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Asie21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Asie21.tv