Logo Asie21.tv
Inscription Newsletter Asie21.tv
Reseaux Sociaux



 


Favoris et Partage

Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger de décembre 2018.
Au sommaire ce mois-ci, la 13ème édition des 24h Chrono de l’international, les destinations préférés des expatriés, le Parlement vote la modernisation de la "Sécu des expatriés" et enfin quid des droits pour les Français d’Angleterre dans le contexte du Brexit ?

Comme chaque mois, nous débutons ce rendez-vous mensuel avec un édito signé par Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’Etranger. Le sujet de ce mois-ci, une nouvelle fiscalité en 2019 pour nous, les Français de l’étranger.

Fiscalité 2019 pour les Français de l’étranger : une « simplification » injuste !
Nous aurons une nouvelle fiscalité en 2019 pour nous, les Français de l’étranger.
On nous parle de simplification des règles fiscales, en réalité, cela pourrait nous coûter plus cher ! Prenons quelques exemples.
Le prélèvement à la source sur vos revenus français, si vous êtes non-résidents, est aujourd’hui d’au moins 20%. En 2020, l’impôt sera progressif. Système qui peut être avantageux pour les petits revenus. Sauf qu’il est prévu une étape de transition – en 2019 – où l’impôt ne sera pas déjà progressif mais toujours avec un minimum, non plus de 20 %, mais de 30 % !!
Un cadeau empoisonné qui coûte plus cher … drôle de logique. Autre exemple.
La CSG CRDS sur vos revenus fonciers. La France vous imposait jusqu’à aujourd’hui – en cas de plus-value immobilière, mais s’étant fait condamner par la justice européenne et la justice française. Le gouvernement a décidé – pour 2019 – de ne plus être hors la loi et de supprimer cet impôt mais seulement pour les français d’Europe. Ceux qui résident dans le reste du monde continueront à le payer ! Pire, il se pourrait même que la fiscalité soit durcie – pour les français ne résidant pas en Europe – pour compenser le manque à gagner.
Cela prêterait à sourire – tant c’est illogique, si ça n’avait pas d’impact financier, sanctionnant.
Cette loi de finance pour 2019 sera définitivement votée fin décembre/début janvier. Restons vigilants. J’y reviendrai prochainement.
D’ici là, passez quand même d’excellentes fêtes de fin d’année.

Les 22 et 23 janvier 2019, rendez-vous pour la 13e édition des 24h Chrono de l’international. Organisé en partenariat avec TV5 Monde, l’événement sera diffusé sur le net, en direct, et abordera les problématiques de l’expatriation, création d’entreprise, vie quotidienne et différences interculturelles. Ces 24H seront émaillées de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages d'expatriés. Parmi les destinations traitées cette année, au cours des émissions qui réunissent plus de 3 000 000 d’internautes : Rio de Janeiro, la Martinique, Lisbonne, Toronto et Chicago, etc.
Le programme complet est disponible sur http://24hchrono-international.com/

Dévoilée à la mi-décembre, l’étude d’Expat Insider, menée par le cabinet InterNations, fait le point sur les destinations préférées des Français dans le cadre d’une expatriation. Avec plus de 18 000 personnes interrogées, force est de constater que le Bahreïn sort grand vainqueur de la compétition, en termes de travail des étrangers et de facilité d’installation. 70 % des expatriés du petit royaume du Golfe persique sont en effet satisfaits de leurs perspectives de carrière et 81 % trouvent qu'il est facile de s'y installer. Taïwan, qui offre la meilleure qualité de vie au monde, arrive en deuxième position du classement, 77 % des étrangers s'y sentant chez eux. L’Équateur arrive en troisième place et remonte de 22 rangs en un an. La France atteint seulement la 34ème place, pile à la moitié du classement. Les grands perdants du sondage ? L'Inde, l'Arabie Saoudite et le Koweït.

Une autre étude, menée par l’entreprise allemande de déménagement Movinga, dévoile les opportunités d’emploi à l’étranger. Résultat ? Boston se classe première du classement mondial des villes, suivie de Munich, Calgary, Hambourg et Stuttgart. Les villes qui ont le meilleur taux d’emploi des expatriés sont Cracovie et Varsovie en Pologne, Bristol au Royaume-Uni et Perth en Australie, Bâle et Zurich en Suisse. A noter, l’analyse de Movinga porte sur trois domaines clés : la santé économique des startups et des entreprises établies, le niveau de vie de la population, l’inclusion des jeunes, des femmes et des expatriés dans la population active.

Dans la nuit du 12 au 13 décembre dernier, la « Sécu des expatriés » a été réformée. En effet, le Parlement a adopté définitivement une proposition de loi pour simplifier la gouvernance de la Caisse des Français de l'étranger. Devenue une "référence" depuis sa création en 1984, la CFE, qui compte près de 110.000 adhérents et un peu plus de 200.000 personnes couvertes au total, en comptant les ayants droit, pâtit toutefois d'un cadre juridique "daté" qui ne lui "permet pas de répondre de manière adaptée aux attentes" des Français de l'étranger qui évoluent, selon la secrétaire d'Etat à la Santé Christelle Dubos. Le texte vise ainsi à assurer notamment "une meilleure lisibilité des garanties à travers une offre plus claire" et à instaurer "une grille tarifaire rénovée" pour la couverture maladie. Parmi ses autres objectifs : donner la possibilité de "nouer des partenariats avec des courtiers et des assureurs, tout en maintenant l'adossement à la protection sociale française". Selon un récent baromètre sur la protection sociale des expatriés, près de la moitié déclare que la protection sociale, notamment l'accès aux soins, fait partie de ce qui leur manque le plus à l'étranger.

Alors qu’un Brexit « dur » paraît de plus en plus probable, Theresa May ayant reporté, le 10 décembre, le vote de l’accord sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, qu’en est-il des droits des 300 000 expatriés Français résidant sur place. Le gouvernement britannique explique qu’en l'absence d’accord, le dispositif de résident “EU Settlement Scheme” permanent sera mis en œuvre du 29 mars 2019 jusqu’à la fin de la période de transition du Brexit, le 31 décembre 2020. Autrement dit, durant ce laps de temps, les anciens expatriés français et les nouveaux, bénéficieront des mêmes droits que les citoyens britanniques. À savoir : droit de séjourner au Royaume-Uni, d’y chercher un emploi, d’y travailler sans permis de travail, et d’y jouir d’une égalité d’accès aux soins de santé, aux pensions de retraite et autres prestations sociales. Les résidents français pourront également quitter le Royaume-Uni pendant cinq ans au maximum tout en conservant ces droits. Une fois ce délai dépassé, ils seront soumis aux nouvelles règles migratoires encore floues pour les citoyens de l’Union européenne. Pour conserver les mêmes droits que les citoyens britanniques, les expatriés français ont jusqu’au 30 juin 2021 pour demander un nouveau statut de résidence, permanent ou provisoire, en fonction de la durée d’installation dans le pays, supérieure ou inférieure à cinq ans.

Vous avez un déménagement prévu dans les prochaines semaines, n’hésitez pas à faire appel à un déménageur soucieux de la qualité de l’environnement et faites appel à la société Bailly Déménagement.
Demandez un devis gratuit en ligne en vous connectant sur : http://www.demenagements-bailly.com/devis/

Toute l’équipe de News21.tv vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Merci de nous avoir suivis, et rendez-vous le mois prochain !


Contenu de la vidéo : Bonjour et Bienvenue dans le magazine des Français de l’Etranger de décembre 2018.
Au sommaire ce mois-ci, la 13ème édition des 24h Chrono de l’international, les destinations préférés des expatriés, le Parlement vote la modernisation de la "Sécu des expatriés" et enfin quid des droits pour les Français d’Angleterre dans le contexte du Brexit ?

Comme chaque mois, nous débutons ce rendez-vous mensuel avec un édito signé par Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’Etranger. Le sujet de ce mois-ci, une nouvelle fiscalité en 2019 pour nous, les Français de l’étranger.
Fiscalité 2019 pour les Français de l’étranger : une « simplification » injuste !
Nous aurons une nouvelle fiscalité en 2019 pour nous, les Français de l’étranger.
On nous parle de simplification des règles fiscales, en réalité, cela pourrait nous coûter plus cher !
Prenons quelques exemples.
Le prélèvement à la source sur vos revenus français, si vous êtes non-résidents, est aujourd’hui d’au moins 20%. En 2020, l’impôt sera progressif. Système qui peut être avantageux pour les petits revenus. Sauf qu’il est prévu une étape de transition – en 2019 – où l’impôt ne sera pas déjà progressif mais toujours avec un minimum, non plus de 20 %, mais de 30 % !!
Un cadeau empoisonné qui coûte plus cher … drôle de logique.
Autre exemple.
La CSG CRDS sur vos revenus fonciers. La France vous imposait jusqu’à aujourd’hui – en cas de plus-value immobilière, mais s’étant fait condamner par la justice européenne et la justice française. Le gouvernement a décidé – pour 2019 – de ne plus être hors la loi et de supprimer cet impôt mais seulement pour les français d’Europe. Ceux qui résident dans le reste du monde continueront à le payer ! Pire, il se pourrait même que la fiscalité soit durcie – pour les français ne résidant pas en Europe – pour compenser le manque à gagner.
Cela prêterait à sourire – tant c’est illogique, si ça n’avait pas d’impact financier, sanctionnant.
Cette loi de finance pour 2019 sera définitivement votée fin décembre/début janvier. Restons vigilants. J’y reviendrai prochainement.

D’ici là, passez quand même d’excellentes fêtes de fin d’année.

Les 22 et 23 janvier 2019, rendez-vous pour la 13e édition des 24h Chrono de l’international. Organisé en partenariat avec TV5 Monde, l’événement sera diffusé sur le net, en direct, et abordera les problématiques de l’expatriation, création d’entreprise, vie quotidienne et différences interculturelles. Ces 24H seront émaillées de plateaux TV d'experts, de mini débats et de témoignages d'expatriés. Parmi les destinations traitées cette année, au cours des émissions qui réunissent plus de 3 000 000 d’internautes : Rio de Janeiro, la Martinique, Lisbonne, Toronto et Chicago, etc.
Le programme complet est disponible sur http://24hchrono-international.com/

Dévoilée à la mi-décembre, l’étude d’Expat Insider, menée par le cabinet InterNations, fait le point sur les destinations préférées des Français dans le cadre d’une expatriation. Avec plus de 18 000 personnes interrogées, force est de constater que le Bahreïn sort grand vainqueur de la compétition, en termes de travail des étrangers et de facilité d’installation. 70 % des expatriés du petit royaume du Golfe persique sont en effet satisfaits de leurs perspectives de carrière et 81 % trouvent qu'il est facile de s'y installer. Taïwan, qui offre la meilleure qualité de vie au monde, arrive en deuxième position du classement, 77 % des étrangers s'y sentant chez eux. L’Équateur arrive en troisième place et remonte de 22 rangs en un an. La France atteint seulement la 34ème place, pile à la moitié du classement. Les grands perdants du sondage ? L'Inde, l'Arabie Saoudite et le Koweït.

Une autre étude, menée par l’entreprise allemande de déménagement Movinga, dévoile les opportunités d’emploi à l’étranger. Résultat ? Boston se classe première du classement mondial des villes, suivie de Munich, Calgary, Hambourg et Stuttgart. Les villes qui ont le meilleur taux d’emploi des expatriés sont Cracovie et Varsovie en Pologne, Bristol au Royaume-Uni et Perth en Australie, Bâle et Zurich en Suisse. A noter, l’analyse de Movinga porte sur trois domaines clés : la santé économique des startups et des entreprises établies, le niveau de vie de la population, l’inclusion des jeunes, des femmes et des expatriés dans la population active.

Dans la nuit du 12 au 13 décembre dernier, la « Sécu des expatriés » a été réformée. En effet, le Parlement a adopté définitivement une proposition de loi pour simplifier la gouvernance de la Caisse des Français de l'étranger. Devenue une "référence" depuis sa création en 1984, la CFE, qui compte près de 110.000 adhérents et un peu plus de 200.000 personnes couvertes au total, en comptant les ayants droit, pâtit toutefois d'un cadre juridique "daté" qui ne lui "permet pas de répondre de manière adaptée aux attentes" des Français de l'étranger qui évoluent, selon la secrétaire d'Etat à la Santé Christelle Dubos. Le texte vise ainsi à assurer notamment "une meilleure lisibilité des garanties à travers une offre plus claire" et à instaurer "une grille tarifaire rénovée" pour la couverture maladie. Parmi ses autres objectifs : donner la possibilité de "nouer des partenariats avec des courtiers et des assureurs, tout en maintenant l'adossement à la protection sociale française". Selon un récent baromètre sur la protection sociale des expatriés, près de la moitié déclare que la protection sociale, notamment l'accès aux soins, fait partie de ce qui leur manque le plus à l'étranger.

Alors qu’un Brexit « dur » paraît de plus en plus probable, Theresa May ayant reporté, le 10 décembre, le vote de l’accord sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, qu’en est-il des droits des 300 000 expatriés Français résidant sur place. Le gouvernement britannique explique qu’en l'absence d’accord, le dispositif de résident “EU Settlement Scheme” permanent sera mis en œuvre du 29 mars 2019 jusqu’à la fin de la période de transition du Brexit, le 31 décembre 2020. Autrement dit, durant ce laps de temps, les anciens expatriés français et les nouveaux, bénéficieront des mêmes droits que les citoyens britanniques. À savoir : droit de séjourner au Royaume-Uni, d’y chercher un emploi, d’y travailler sans permis de travail, et d’y jouir d’une égalité d’accès aux soins de santé, aux pensions de retraite et autres prestations sociales. Les résidents français pourront également quitter le Royaume-Uni pendant cinq ans au maximum tout en conservant ces droits. Une fois ce délai dépassé, ils seront soumis aux nouvelles règles migratoires encore floues pour les citoyens de l’Union européenne. Pour conserver les mêmes droits que les citoyens britanniques, les expatriés français ont jusqu’au 30 juin 2021 pour demander un nouveau statut de résidence, permanent ou provisoire, en fonction de la durée d’installation dans le pays, supérieure ou inférieure à cinq ans.

Vous avez un déménagement prévu dans les prochaines semaines, n’hésitez pas à faire appel à un déménageur soucieux de la qualité de l’environnement et faites appel à la société Bailly Déménagement. Demandez un devis gratuit en ligne en vous connectant sur : http://www.demenagements-bailly.com/devis/

Toute l’équipe de News21.tv vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Merci de nous avoir suivis, et rendez-vous le mois prochain !




Mots clés liés : Charles Henry Chenut, Avocat des Français de l’étranger, Sécu des expatriés, 24h Chrono de l’international, TV5monde, Movinga, Emploi à l’étranger, cabinet InterNations, Expatriation, Theresa May, Français du Royaume-Uni, Brexit, Permis de travail, Bailly

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Asie21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Asie21.tv